Sélectionner une page

Ciel d’hiver, photo, 2019, Myreille Bédard

Plus jeune, je me plaisais à dire, à qui voulait l’entendre, que les amours passent mais que les amitiés restent. Avec le recul et l’âge, je trouve cet énoncé encore assez juste, toutefois, le temps nous enseigne que même les amitiés les plus précieuses peuvent un jour s’effilocher, prendre des routes divergentes, et c’est très bien ainsi. Cela dit, j’ai toujours accordé énormément d’importance à la place de l’amitié dans ma vie, plus particulièrement avec mes amies femmes. Je crois que j’y cherchais un refuge, un soutien, une reconnaissance que je n’arrivais pas à trouver avec mes sœurs biologiques. Cette sororité dans l’amitié m’apportait et m’apporte toujours autant de plaisir et de richesse dans le partage de nos émotions, nos questionnements, nos expériences et nos découvertes.

J’ai même eu l’idée, un jour, de créer un genre de salon inspiré de ceux qui existaient dans le Paris du début du XXe siècle et j’avais nommé cet événement la NEF, acronyme pour Nouveaux Esprits Féminins. Je désirais que des femmes artistes, intellectuelles et issues d’autres domaines se rassemblent et échangent autour d’un thème. La chose avait eu lieu à quelques reprises chez une amie qui possédait dans sa demeure une grande pièce afin de nous recevoir. Toutefois, à plus long terme, il était difficile de tenir le coup pour diverses raisons. Au bout du compte, j’étais fort  heureuse d’avoir pu faire de ce fantasme une réalité, ne serait-ce que le temps de l’expérimenter.

Aussi, alors que je célébrais mon vingt-cinquième anniversaire avec mes amies les plus proches, j’avais décidé de leur rendre hommage afin de les remercier d’être là, dans ma vie, en leur offrant le poème qui suit, signé de ma plume. Je crois que cela illustre bien tout ce que ces femmes ont pu représenter pour moi.

 

FEMMES DE LUMIÈRE

Vers votre cœur

Femmes de lumière

S’élève ma flamme

Par votre amour

Femmes d’éther

S’éclaire mon âme

De votre chaleur

Femmes de feu

Se nourrissent mes sens

Sur vos racines

Femmes de terre

Poussent mes espoirs

Dans vos regards

Femmes d’eau

Voguent mes rêves

À votre source

Femmes du levant

S’abreuve ma paix

Dans vos gestes

Femmes de terre

S’enracine ma douce folie

En vos paroles

Femmes d’Eden

Repose ma foi

Par vos tendresses

Femmes du vent

S’effacent mes peurs

Sous votre voile

Femmes du ciel

Se cache ma tristesse

À vos pieds

Femmes éternelles

Je dépose ma joie

En vous, je crois

Femmes de lumière

Car, vous, croyez en moi

Myreille Bédard

© Toute reproduction sans la permission de l’auteure est interdite.

Pour cette zone de commentaires, nous vous demandons votre adresse courriel à des fins de sécurité. 

En aucun cas votre adresse ne sera ni enregistrée ni diffusée et aucun courriel ne vous sera envoyé.

2 Commentaires

  1. Sylvie

    Quel beau message, les ami(e)s nous les choisissons pour toutes sortes de raisons, leur écoute, leur compréhension, leurs et nos confidences, sans jugement ni reproche. Parfois ce n’est qu’un passage dans notre vie mais il en reste toujours quelque chose des deux côtés. Surtout la distance ou la fréquence de nos échanges n’ont pas d’impact s

    Réponse
    • admin_cerris

      Merci Sylvie Tourigny pour votre commentaire, nous sommes heureuses que ce texte vous rejoigne autant. Nous vous invitons à découvrir les autres publications et thèmes.

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Intime et puissante reconnaissance…

Je me sens et me sais tellement choyée. Je vis et ressens fréquemment cet intime et puissant sentiment qu’est la reconnaissance.

À ma « mom » à moi

Paris, an 2000

Sur une terrasse dans un café parisien, 26 ans, je suis à mon premier voyage en Europe.

Outaouais Love

8 mars. Journée internationale des femmes. À partir de mes 11 ans, je passais mes étés à travailler dans une famille en Outaouais.

À mes amies…

Plus jeune, je me plaisais à dire, à qui voulait l’entendre, que les amours passent mais que les amitiés restent.

Les vraies récipiendaires !

En 1995, j’étais la toute première récipiendaire de la bourse « Coup de main au développement » de l’Association des femmes d’affaires du Québec au chapitre de l’Estrie (AFAQ).

Share This

Share This

Share this post with your friends!