Sélectionner une page

Infos illustration :Sans titre, photo, Catherine Briand, mai 2019, Stockbridge, Massachusetts, USA

Ce rude et splendide pays, avec ses montagnes couvertes de neige, ses frais courants cristallins, ses épaisses forêts de cyprès, de genévriers et de frênes (…) Est tout autant mon corps que ce que vous voyez ici devant vous. Je ne peux être séparé de ceci ou de vous. Nos innombrables cœurs battent au même rythme.

(Extrait de L’épopée du roi Gésar, Penick, Guy Trédaniel Éditeur, 2003.)

 

Pourquoi s’évertuer à connaître l’avenir et épuiser son esprit en vaines perplexités? Abandonne ta prudence, et laisse Allah à ses plans. Il les a conçus sans te consulter.

(Omar Khayyâm, Robâiyât)

 

Deux citations tirées du livre Trois tasses de thé, Mortenson et Relin, Les éditions Glénat Québec, 2009. Livre qui a accompagné mon séjour au sanctuaire.

À toi qui aime la photo…

À toi qui sait voir les nuances de la beauté, les lignes, les couleurs et les ombrages.

Je suis aujourd’hui dans un lieu enchanteur[1], peut-être même enchanté[2].

 

Immense pelouse verte remplie de collines et valons, des arbres qui bordent la seule route qui mène au sanctuaire, quelques chênes et saules rebelles ici et là, un banc de bois sous un arbre en fleur, les bruits des oiseaux et du vent… des verts, plein de verts, la couleur verte partout avec toutes ses nuances et intensités… le lac au loin sans mouvement…

 

Le soleil chauffe ma peau après un dur hiver et j’accueille ce délice de ne rien faire, étendue sur une grosse couverture de feutre grise, réconfortante et pleine de bonheur. La sensation de la couverture sur la pelouse me ramène au pique-nique et après-midi détente; au goût du pain, des noix et des fruits achetés au marché; aux regards, aux sourires et aux éclats de rire de l’été qui est là; aux corps qui se réchauffent, se détendent et se touchent un peu.

 

J’ai le goût d’écrire, de t’écrire…

 

Au loin le sanctuaire, magnifique lieu de ressourcement, où le bien-être et la bienveillance à soi sont les principaux apprentissages proposés. Deux personnes marchent au bruit des cigales; quelques personnes plus loin font un cours de Tai-chi; une autre personne étendue comme moi sur la pelouse lit un livre. L’espace est tellement grand et majestueux que tout le monde y trouve son espace de recueillement à sa façon et à son rythme.

 

Au cœur de la vallée, on n’entend que la nature. Le silence et la paix sont les règles implicites. Namaste.

 

J’ai fait vœu de silence toute la journée. J’aime ce moment de calme, seule dans ma bulle.  J’aime cet état où la pensée se vide de ses tâches et responsabilités, de ses listes et préoccupations, pour laisser place aux nouvelles idées, mais surtout au vide. Silence dans ma tête. Moment de bonheur. Je peux converser avec moi-même. Je peux écrire. Je peux m’abandonner au rythme de mes pensées libres. J’ai choisi quelques livres aussi pour méditer les mots des autres.

 

Je te sais méditatif aussi. Je te vois apprécier ce lieu, t’y reposer l’esprit, t’y puiser. J’espère y revenir avec toi.

 

Le vent dans les cheveux, ces cheveux ébouriffés de mon enfance, le soleil commence à brûler ma peau. Je suis bien malgré tout. Je me sens belle, sensuelle même. Le yoga a cette capacité de ramener au corps et à l’énergie vitale; la détente aussi d’ailleurs.

 

Quand la vie me ramène au corps, c’est à toi que je pense. Je voudrais te regarder, t’écouter respirer et vivre, te sentir heureux à mes côtés.

 

Là, j’ai le goût de te parler, de t’écouter me raconter, de te toucher.

 

Dans ce lieu enchanté, c’est toi que je sens.

 

Catherine Briand

 

 

[1]Lieu magnifique et attractif

[2]Lieu emprunt d’un pouvoir magique

© Toute reproduction sans la permission de l’auteure est interdite.

Pour cette zone de commentaires, nous vous demandons votre adresse courriel à des fins de sécurité. 

En aucun cas votre adresse ne sera ni enregistrée ni diffusée et aucun courriel ne vous sera envoyé.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Intime et puissante reconnaissance…

Je me sens et me sais tellement choyée. Je vis et ressens fréquemment cet intime et puissant sentiment qu’est la reconnaissance.

À ma « mom » à moi

Paris, an 2000

Sur une terrasse dans un café parisien, 26 ans, je suis à mon premier voyage en Europe.

Outaouais Love

8 mars. Journée internationale des femmes. À partir de mes 11 ans, je passais mes étés à travailler dans une famille en Outaouais.

À mes amies…

Plus jeune, je me plaisais à dire, à qui voulait l’entendre, que les amours passent mais que les amitiés restent.

Les vraies récipiendaires !

En 1995, j’étais la toute première récipiendaire de la bourse « Coup de main au développement » de l’Association des femmes d’affaires du Québec au chapitre de l’Estrie (AFAQ).

Share This

Share This

Share this post with your friends!