Sélectionner une page

Aventure du lundi soir ou Vive mon ami Carlos ! Ou plutôt, Vive Montréal et ses cônes oranges?!

Par Catherine Briand

Récit d’une aventure, un lundi soir du mois de juillet, transmis à mon ami Carlos qui parfois se sent seul les lundis soirs…

Il est lundi soir 21h30. Je suis en route vers chez moi. Je viens de quitter mon ami Carlos, suite à une soirée de danse latine endiablée. Je suis dans l’ouest de la ville de Montréal et je suis confiante de revenir chez moi rapidement et de m’étendre dans mon beau lit blanc avant l’heure des gens qui se couchent trop tard.

Fatiguée de ma soirée et les orteils en manque d’espace, je prends l’autoroute 20 vers mon lit. Malheureusement, la sortie pour la 720 est fermée. Je suis donc détournée vers la 20… pas la 20 est, la 20 ouest. Pas tout à fait dans ma direction! J’habite l’est de Montréal, pas l’ouest!! Pas grave! Comme je dis toujours à mon ami Carlos «Je suis positive et j’ai le bonheur facile ! » Je me coucherai juste un peu plus tard. Et, au pire, j’irai vers l’aéroport Pierre Eliot Trudeau et prendrai le premier vol pour Barcelone. Ça me permettra de détendre mes orteils dans la mer Méditerranée, et bien sûr, d’envoyer une carte postale à Carlos!

Bien non! Pas nécessaire. Quelques kilomètres plus tard (au moins entre 10-15 km vers l’ouest!), je réussis à revenir dans le bon sens de la 20!  Cependant, aucune indication qui m’empêche de retourner vers la 720 ?! Je ne prends pas de chance. Intuition féminine et indication de dernière minute. Le tunnel Ville-Marie est fermé. Je file vers la 15 nord pour prendre la 40. Non!!! La 40 est en congestion vers l’est. Pas vers l’ouest évidemment. La vie veut vraiment que je parte en vacances et me dirige constamment vers l’aéroport!! Je veux juste aller me coucher !!

Je me ressaisis et quitte l’autoroute pour la ville. Ancienne étudiante de l’Université de Montréal, je connais parfaitement les trucs pour naviguer dans Côtes-des-Neiges. J’emprunte la rue Côte St-Catherine. Non !!! Détour là aussi. Festival des cônes oranges encore une fois…même la nuit ! Je tourne, attends infiniment aux lumières, tourne encore et me retrouve finalement sur la rue Jean-Talon. Au moins, dans la bonne direction vers l’est ! Autre détour. Dans Ville Mont-Royal cette fois… Pas grave ! Comme je dis toujours à mon ami Carlos «  Je suis positive et j’ai le bonheur facile ! » Il m’en faut plus que ça pour me décourager.

Cela dit, je m’y perds totalement!!! Les riches, ils ne veulent pas qu’on circule dans leur quartier… c’est un labyrinthe! Je tourne dans toutes les directions. Je ne sais plus où est l’est de Montréal… Il est 22h30. Je commence réellement à manquer de patience. Je suis fatiguée. J’ai les yeux qui piquent. J’ai les pieds enflés.  Je veux aller me coucher !!! Mais, je respire. Applique mes techniques de mindfullness. Pas grave ! Comme je dis toujours à mon ami Carlos « Je suis positive et j’ai le bonheur facile! » Je magasine donc une prochaine maison! Avec une belle pelouse verte humide pour y insérer mes pieds enflés. Bref, le temps de faire une offre d’achat sur une magnifique pelouse, j’ai déjà hâte d’inviter Carlos à souper pour lui montrer ma nouvelle maison de riche!

Bon, je réussis à quitter Ville Mont-Royal et à reprendre l’autoroute 40 vers l’est, malgré la congestion annoncée. Après tout, je suis une vraie montréalaise ! Même s’il est 23h00 et qu’il n’y a aucune raison un lundi soir d’être prise dans le trafic pare-choc à pare-choc sur la 40, j’écoute de la musique et mange des cerises! Bien oui, j’avais amené des cerises pour faire plaisir à mon ami Carlos, mais trop occupé à faire danser les filles, il n’a pas eu le temps d’en manger une. Une chance ! Elles me sauvent la vie. Si on dit «Qui dort dîne», on peut certainement dire «Qui mange des cerises, ne dort pas?! »

J’atteinds enfin la sortie Langelier pour entrer chez moi. Je vais finalement pouvoir répondre à Carlos. Ça fait 40 textos qu’il m’envoie (oui, oui, Carlos, j’exagère !) pour me dire « T’es où ? Tu fais quoi ? Je t’avais dit de m’écrire que tu étais bien rendue avant de te coucher! Je suis inquiet là. Ton téléphone est mort? Donne-moi des nouvelles svp? Ça ne se peut pas deux heures pour arriver chez vous? As-tu rencontré quelqu’un à la salsa? Je me sens seul. Écris-moi ! »

Bref, j’arrive saine et sauve chez moi. 14h plus tard !!! le temps d’un aller-retour Montréal-Barcelone… et, toujours assise dans ma voiture, le temps de répondre à Carlos et de lui écrire mon récit du lundi soir tard! Il est 23h45 !

J’ai quand même appris beaucoup…

Voici la morale de cette histoire :

Jamais partir sans Carlos…

Euh…plutôt

Jamais partir sans musique et cerises

Euh…plutôt

Être patient, relaxe et positif.

J’ai quand même fait un aller-retour Montréal-Barcelone. J’ai fait une offre d’achat sur une maison de riche à Ville Mont-Royal (maison que je ne pourrais d’ailleurs pas retrouver). J’ai écouté de la superbe musique et ri de bon cœur en préparant mon texte dans ma tête à mesure que les 40 textos de Carlos (oui, oui, Carlos, j’exagère !) arrivaient sur mon téléphone.

En fait, la chose la plus importante : je ne me suis absolument pas sentie seule assise seule dans ma voiture. Et quand Carlos a lu mon récit, il a compris lui aussi que l’amitié est précieuse les lundis soirs où on se sent seul.

En fait, pour dire vrai, c’était pas lui, c’était moi qui me sentais seule ce lundi soir de juillet…

Bonne nuit Carlos xxx

 

© Toute reproduction sans la permission de l’auteure est interdite.

Pour cette zone de commentaires, nous vous demandons votre adresse courriel à des fins de sécurité. 

En aucun cas votre adresse ne sera ni enregistrée ni diffusée et aucun courriel ne vous sera envoyé.

1 Commentaire

  1. France Harvey

    J’ADORE !! Tu as une belle plume chère cousine.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partir à l’autre bout du monde

Partir à l'autre bout du monde Par Joanie Thériault Sans titre, Collection les étincelles de l’amitié, Acrylique sur canevas, 2016, Rita Blier "Solitude : État de quelqu’un qui est seul, momentanément ou habituellement : Profiter d’un instant de solitude pour...
Read More

Aventure du lundi soir ou Vive mon ami Carlos ! Ou plutôt, Vive Montréal et ses cônes oranges?!

Aventure du lundi soir ou Vive mon ami Carlos ! Ou plutôt, Vive Montréal et ses cônes oranges?! Par Catherine Briand Récit d’une aventure, un lundi soir du mois de juillet, transmis à mon ami Carlos qui parfois se sent seul les lundis soirs… Il est lundi soir 21h30....
Read More

Soliloque

Soliloque Par Mélanie Dubé Lionel, vitrail sur canevas récupéré, Mélanie Dubé, juillet 2017  D’abord, pardon. Je vous demande pardon, chers lecteurs, parce que je vais encore m’épandre sur plein de pages. La solitude! C’est pas un thème, ce sont mille thèmes! Le...
Read More

Solitude : avec ou sans toi

Solitude : avec ou sans toi Par Rhina Maltez Helios et Vesta, photo numérique, Rhina Maltez, 2017 « La solitude peut être à l’origine de la plus belle rencontre… celle avec Soi-même. » - Auteur inconnu D’une part… L’être humain est un être social, dit-on. Ainsi, les...
Read More

Copyrighted Image

Share This

Share This

Share this post with your friends!