Sélectionner une page

Infos illustration : Le chant de l’océan, photo, 2018, Rhina Maltez

 

Elle est toutes ces femmes

Ceci n’est pas un poème, c’est une chanson sans musique.

Une chanson qui parle de ces femmes qui vivent dans le silence, la peur et la souffrance.

Ces femmes qu’on aimerait revoir danser en toute liberté;

qu’on aimerait pouvoir sauver, mais qu’on ne peut qu’aimer…

Un cri aimerait se faire entendre, mais il est trop bas pour l’écouter et le comprendre.
Elle aimerait sortir de sa cage, mais elle ne sait pas comment s’y prendre.
La solitude et la crainte lui volent sa joie; on ne voit plus son sourire d’autrefois;
et toutes ces larmes qui ne coulent plus, résident dans son cœur souffrant.

Mais je vois aussi en elle, une guerrière qui ne s’écroule pas.
Est-ce de la force? Est-ce de l’espoir? Ou est-ce une carapace qui la protège des tourments?
Si vous la voyiez, elle est si belle et semble si fragile;
mais pourtant elle est si forte, mais hélas elle ne le sait pas.

Tant d’années envahies par la douleur et la frustration.
Comment a-t-elle fait pour ne pas s’écrouler et vivre une vie de désillusion?
Je n’ai pas de mots pour décrire ma propre désolation;
J’aurais aimé la comprendre bien avant et lui donner de l’amour pour sa guérison.

Car je sais qu’elle aimerait hurler et être ainsi sauvée;
Mais elle a peur de déranger, de ne pas être aimée et même d’être libérée.
Tant d’années écoulées sans jamais pouvoir s’exprimer;
Tant d’années, sans trouver le courage de fuir et de se choisir en premier.

Mais elle n’a pas perdu espoir; ses yeux le disent tout bas, même si parfois elle ne les entend pas. D’autres fois, son sourire réapparaît et l’on peut voir son âme qui pour un instant renaît.
Puisse la musique revenir l’accompagner et un poème d’amour l’embrasser.
Puisse des notes de liberté la caresser pour qu’elle retrouve son courage, sa joie et sa légèreté.
J’aimerais tant la voir voler et qu’elle puisse voir toute ta beauté; qu’elle puisse voir qui elle est.

Ceci n’est pas un poème, c’est une chanson de liberté;

pour toutes ces femmes qui souffrent en silence et qui n’osent pas pleurer.

Ne soyez pas effrayées; ressentez, parlez, criez;

car ainsi vous retrouverez votre voix et chanterez enfin votre propre chanson.

 

 

Rhina Maltez

Intime et puissante reconnaissance…

Je me sens et me sais tellement choyée. Je vis et ressens fréquemment cet intime et puissant sentiment qu’est la reconnaissance.

À ma « mom » à moi

Paris, an 2000

Sur une terrasse dans un café parisien, 26 ans, je suis à mon premier voyage en Europe.

Outaouais Love

8 mars. Journée internationale des femmes. À partir de mes 11 ans, je passais mes étés à travailler dans une famille en Outaouais.

À mes amies…

Plus jeune, je me plaisais à dire, à qui voulait l’entendre, que les amours passent mais que les amitiés restent.

Les vraies récipiendaires !

En 1995, j’étais la toute première récipiendaire de la bourse « Coup de main au développement » de l’Association des femmes d’affaires du Québec au chapitre de l’Estrie (AFAQ).

Share This

Share This

Share this post with your friends!