Sélectionner une page

Janette Bertrand et ma grand-mère

Par Mélanie Paquette-Martin

Le déclin des facultés, vieillir, mourir. Voilà des réalités difficiles à accepter quand elles touchent nos proches. Ma grand-mère est mon plus vieux pilier. Nous croyions tous qu’elle était invincible mais voilà que non… Grand-mère: voici un petit hommage.

Je vis à Montréal. Un pont, des cônes oranges et des travaux routiers me séparent de ma famille. Parfois, je me sens infiniment loin. Mais depuis quelques années, c’est ma grand-mère qui s’éloigne. C’est comme si elle quittait son corps peu à peu. À 93 ans, elle a la maladie qui s’appelle la vieillesse. Ma grand-mère a une amie qui vient la visiter parfois; la démence. Elle lui fait peur et elle est loin de combler sa solitude.

La femme forte

Ma grand-mère est née en 1924. Elle a connu la guerre, la révolution tranquille, le féminisme. Après dix enfants et la pilule anticonceptionnelle, elle gérait sa famille à bout de bras. Elle était une force de la nature, dotée d’une santé de fer et d’un moral à toutes épreuves. Elle a vécu seule pendant des années, autonome et fière. On sentait son affection pour son défunt et tendre André.

Quitter la maison

Ma grand-mère est de la génération de Janette Bertrand, cette femme moderne, avant-gardiste et toujours immensément lucide…  Janette, le coeur de ma grand-mère, un beau matin, a flanché et ses capacités ont décliné. Elle n’est plus comme toi… Elle a dû quitter sa maison pour un foyer. Son déracinement est une épreuve pour elle et pour sa famille qui la voit souffrir.

Oublier

Grand-mère: Dans ta nouvelle et minuscule chambre, tu fais le tour de tes dix doigts pour compter tes enfants. Tu ne les as pas encore oubliés, mais tu es effrayée de perdre la mémoire… Ton anxiété t’agite. Tu colles des papiers de tes souvenirs partout. « Le jour où ils s’envoleront… n’oublie pas mon nom ». Je t’offre cette douce chanson, Ficelles, d’Ingrid St-Pierre.

S’en aller

Et ceux qui restent autour de toi? Je pense à ma mère qui te veille quotidiennement et qui n’a plus d’énergie pour elle. Grand-mère je t’aime! Ne sois pas en colère pour tout ce qui t’arrive. Tu t’en vas tranquillement…

Maman, je suis ton unique fille, que dois-je faire pour te garder en santé longtemps auprès de moi? Ne t’inquiète pas, je saute par dessus le trafic, les cônes, les travaux et j’amène ton petit fils te voir pour t’étourdir un peu.

Grand-mère, on ira te voir et si tu oublies mon nom, je comprendrai…

Et toi Janette, tu me feras toujours penser à ma grand-mère.

Mélanie Paquette-Martin

Rédactrice web, journaliste à la recherche en télévision, naturopathe et maman!

melanie.paquette.martin@gmail.com

melaniepaquettemartin.com

 

© Toute reproduction sans la permission de l’auteure est interdite.

Pour cette zone de commentaires, nous vous demandons votre adresse courriel à des fins de sécurité. 

En aucun cas votre adresse ne sera ni enregistrée ni diffusée et aucun courriel ne vous sera envoyé.

8 Commentaires

  1. denis

    Bravo Mélanie ça ma touché une belle sensibilité un texte qui fait réfléchir.

    une pensé spéciale aux personnages de ce texte

    J’ai hâte dite relire……..

    Réponse
  2. Roseline

    Allô belle nièce,

    Tu as fait monter mes larmes….

    Réponse
  3. Françoise

    Très beau tex Mélanie ,très touchant.Bravo 1

    Réponse
  4. Véronique Martin

    Bravo Mélanie, quel beau texte! Je suis extrêmement émue et profondément touchée par tes mots et ta réalité. (Je ne peux m’empêcher de me reconnaître à certains niveaux dans cette situation!)Merci de nous rappeler à quel point la santé physique et mentale sont importantes, même si cette dernière demeure encore taboue.
    Au plaisir de te suivre!
    Véronique

    Réponse
  5. Danielle Paquette

    Bien dit et bien écrit. Écriture fluide et ton appropié au contexte.
    Je serai une lectrice assidue

    Réponse
  6. Mélanie Paquette-Martin

    Merci tout le monde ça fait chaud au coeur. J’étais émue en écrivant et je suis contente que vous ayez ressenti l’émotion… De tout coeur. Mélanie.

    Réponse
  7. Imelda Patoine

    Mélanie
    J’ai été émue par ton beau texte. Ta sensibilité rejoint la mienne et les liens familiaux sont pour moi aussi quelque chose de bien important. Présentement, j’ai un neveu qui n’en a que pour quelques jours à vivre…le cancer…cette maudite maladie qui vient nous ravir des êtres trop jeunes.
    Toute la famille qui est nombreuse, essayons de soutenir du mieux qu’on peut les parents et les frères et sœurs. Mais pour des parents, on le sait, ce n’est pas dans l’ordre des choses qu’un enfant parte avant nous. Alors bon courage pour ta grand-mère chère voisine.

    Réponse
    • admin_cerris

      Bonjour Imelda Patoine, nous vous remercions pour votre commentaire qui fera sûrement plaisir à Mélanie. Nous sommes heureuses de vous avoir comme lectrice. Au plaisir, toute l’équipe du Blogue.

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Janette Bertrand et ma grand-mère

Janette Bertrand et ma grand-mère Par Mélanie Paquette-Martin Le déclin des facultés, vieillir, mourir. Voilà des réalités difficiles à accepter quand elles touchent nos proches. Ma grand-mère est mon plus vieux pilier. Nous croyions tous qu’elle était...

Mes années de folie

Mes années de folie Par Rhina Maltez 20 janvier 1994 : « Je vois un trou noir au fond de mon cœur Je n’arrive pas à le croire il y a une minute, il était rempli de bonheur J’ai besoin d’amour et non pas de souffrances Un amour pour toujours Et sans absences Je me sens...

T’es rien qu’une ostie de folle

T’es rien qu’une ostie de folle Par Julie Desrosiers La folie, c’est la menace qui plane sur n’importe quelle femme qui veut être aimée, regardée, considérée. C’est la phrase assassine qu’on ne veut pas entendre, celle par laquelle on va devenir une bonne petite fille...

Ma folie

Ma folie Par Johanne Harvey       Tu es mon amour Ma clameur mon bramement Tu es mon amour ma ceinture flêchée d'univers Ma danse carrée des quatre coins d'horizon Le rouet des échevaux de mon espoir Tu es ma réconciliation batailleuse Mon murmure de jours à mes cils...

Le spectre maladie-folie

Le spectre maladie-folie Par Joanie Thériault Sans titre, acrylique et papier mâché sur canevas 16X18, 2017, S.D. Je me dois de revenir sur les propos de Catherine dans ce texte, à l’effet que la folie et la maladie mentale sont vraiment les deux opposés d’un spectre....

Maudit qu’t’es folle!

Maudit qu't'es  folle! Par Myreille Bédard       « Celui qui se perd dans sa passion perd moins que celui qui perd sa passion. » Saint-Augustin Nature morte follement vivante, Photo numérique, 2017, Myreille Bédard Maudit qu’t’es folle!! Combien de fois ai-je entendu...

Viva la vida

Viva la vida Par Mélanie Dubé Viva la vida, Procédés mixtes sur canevas récupéré, 2017, Mélanie Dubé Dans mon bureau, entourée de quatre toiles non achevées, mon tablier maculé de couleurs, cinquième jour d’une lutte acharnée contre la Mort, je réponds à Catherine.  ...

Au pays de la Folie

Au pays de la folie Par Marie Gagné Patchwork de petits dessins et croquis, Crayons feutres, aquarelle, stylo bille, encre de couleur et autres médiums, Marie Gagné Brin de sagesse au-delà de la folie. Acrylique sur canevas, 12"x12"x2", Marie Gagné "On ne peut voir la...

La folie de vie : un trésor

La folie de vie : un trésor Par Catherine Briand Effervescence. Mélanie Dubé Idée, parole, actions déraisonnables, insensées : Des folies de jeunesse. Dire des folies. Dépense excessive, inconsidérée : Vous avez fait une folie en nous offrant ceci. Engouement,...
Share This

Share This

Share this post with your friends!