Sélectionner une page

La culpabilité

Par Delphine

« Il faut tourner la page, jeter le vieux cahier, le vieux cahier des charges… aborder l’autre rivage où rien ne fait semblant, saluer le mystère, sourire et puis se taire. »  Claude Nougaro.

Et puis VIVRE, si je peux me permettre!

Comment « jeter le vieux cahier des charges »? Est-ce en acceptant ses erreurs ou en essayant de les réparer? Mais que faire quand les erreurs ne peuvent plus être réparées? Suffit-il de ne pas les reproduire? Malheureusement, ça n’a pas l’air de fonctionner à long terme.

En fait, je crois qu’il faut SE PARDONNER, quand on ne peut plus réparer. Mais là… je ne sais pas faire! Conclusion, cela fait trente ans que je me trimballe le poids de la culpabilité au fond du cœur, sans avoir pu l’identifier pendant longtemps, juste un profond sentiment de tristesse toujours présent qui, parfois, te submerge et t’envoie dans les abîmes. Tu poursuis tout de même ta route, tant bien que mal, tu  prends des chemins, mais il y a comme une chaîne qui te ramène toujours à ton point de départ (de rupture),  la partie est perdue d’avance, à chaque échec le poids se fait plus lourd, la tristesse, plus latente.

FUIR, je ne crois pas avoir jamais essayé de fuir ce mal-être, je l’ai IGNORÉ, sûrement. J’ai vécu, j’ai aimé, j’ai construit une vie (quoi que?), j’ai couru après mes rêves, peine perdue, que des cache-misère (comme disait ma prof de danse) pour ne pas regarder la vérité en face. J’en viens à croire que cette attitude provient de ma formation : je suis danseuse, j’étais, je suis (?) de formation classique, cela laisse forcément des traces!  Dressage dès le plus jeune âge, ignorance de la douleur, dépassement de soi,  annihilation de la personnalité, remplacée par un désir d’absolu et de perfection… « Impossible, connaît pas! Quand on veut on peut… », j’en ai plein des comme cela. Je ne regrette rien, la DANSE c’est une partie de moi, je meurs à petit feu si je l’oublie, j’ai essayé; mais ce n’est pas MA VIE, cela aussi j’ai tendance à l’oublier.

Je suis une artiste qui s’exprime par cette magnifique discipline, c’est mon identité profonde (que j’ai eu bien du mal à accepter et à reconnaître). La création m’a souvent permis de sortir la tête de l’eau, m’a permis de supporter ce fardeau, mais ne l’a pas fait disparaître.

Aujourd’hui, je suis fatiguée, je voudrais me libérer, je voudrais pouvoir fuir en l’abandonnant là, afin  « d’aborder l’autre rivage ou rien ne fait semblant ».

La culpabilité a pour meilleure amie la solitude.

 

© Toute reproduction sans la permission des auteures est interdite

Pour cette zone de commentaires, nous vous demandons votre adresse courriel à des fins de sécurité. 

En aucun cas votre adresse ne sera ni enregistrée ni diffusée et aucun courriel ne vous sera envoyé.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le cœur grand ouvert

Le cœur grand ouvert Par Joanie Thériault Mélanie, Je suis soufflée par ton texte, un texte très fort qui fait mal en dedans. Ça m’a pris beaucoup de temps à articuler ma pensée, suite à la lecture de ton texte si honnête, si vrai. Depuis que je t’ai lue, j’ai le goût...
Read More

Les visages de la fuite

Les visages de la fuite Par Marie Gagné Bouteille poussiéreuse, petit dessin fait à l’ordinateur avec le programme de base « Paint », 2017, Marie Gagné   La fuite ne guérit pas, elle ne console pas, elle est inodore, elle n’est ni bonne ni mauvaise, elle ne fait...
Read More

La fuite ou l’envol ?

La fuite ou l'envol? Par Johanne Harvey Acrylique, jute et oxydant sur bois,Octobre 2016, Johanne Harvey Un des principes de base de la communication orientée vers les solutions est que la résistance entraîne la persistance. En apprenant à moins résister aux...
Read More

Prendre la porte

Prendre la Porte Par Joanie Thériault Portes de sortie, Dessin naïf aux crayons de bois sur papier d’imprimante,  4’ X 6’, Un après-midi pluvieux de 2017, Joanie Thériault. Avoir un exutoire, pouvoir avoir une porte de sortie, c’est à ça que ça fait écho chez moi la...
Read More

Fuir ou rêver ?

Fuir ou rêver ? Par Catherine Briand L'Appel, Acrylique sur toile, 2016, Mélanie Dubé «Fuir ou rêver.» (…) «Il y a, dans ma vie, une pantoufle qui me donne des coups de pied au cul. Tout doucement. Pour vivre. Pour avancer. Pour continuer. Cette pantoufle, c’est le...
Read More

L’illusion de la fuite

L’illusion de la fuite Par Myreille Bédard Fil de lune, photo numérique, 2013, Myreille Bédard « Ce que tu fuis te poursuit et ce à quoi tu fais face s’efface. » Anonyme Remonte à la surface, parmi mes souvenirs d’enfance, celui d’une toute jeune fille...
Read More

La fuite

La fuite Par mélanie Dubé Fusion, médium mixtes sur canevas récupéré, 2016, Mélanie Dubé La fuite – Non, je ne fuis pas, moi. – ... – Je ne fuis jamais. Je suis plutôt l’inverse, je m’ancre dans la terre moisie de mes marécages. – ... – Non. Je ne fuis pas! Bah......
Read More

Copyrighted Image

Share This

Share This

Share this post with your friends!