Sélectionner une page

L’art de créer

Par Johanne Harvey

Photo by Senjuti Kundu on Unsplash

« Une rencontre exige du temps et un esprit ouvert, de la patience et du courage… »

Tiré du livre : Marcher (ou l’art de mener une vie déréglée et poétique) de Tomas Espedal

Quand je crée je me sens vivante, connectée.

Nous voici arrivées au terme de ce projet d’écriture. Oh non, pas déjà! Je n’aurais jamais imaginé prendre autant de plaisir à écrire et surtout à être lue.

Dernièrement j’ai trouvé dans un livre qui s’intitule « Foutez-vous la paix! : et commencez à vivre »1 quelque chose qui m’a fortement parlé. En voici un extrait « Cessez de chercher à tout comprendre – Découvrez le pouvoir de l’ignorance ». Puis, l’auteur donne comme exemple que, « Selon les lois de l’aérodynamique, le bourdon ne peut pas voler… mais le bourdon ne le sait pas; c’est pourquoi il vole ».

Je suis en train de faire la paix avec moi-même. Je découvre que dans tout grand projet, il y a intrinsèquement une part d’ignorance de ce qui nous attend dans la réalité. Et que c’est bien ainsi.

Je respire.

C’est ce qui a apporté une touche de légèreté et de détachement à mon départ de Suisse. Le pouvoir de l’ignorance, un peu comme un ingrédient secret qui permet au gâteau de lever. Comme si l’ignorance nourrissait le courage de changer. J’ai tellement bien préparé mon départ, sous couvert d’être réaliste et responsable, que je me suis prise au jeu, je le voulais parfait mon retour. Là était le piège. Eh oui! Malgré mes tentatives de contrôle, de vouloir la maîtriser, la vie reste sauvage et possède un sens souvent inconnu qui nous porte.

Depuis mon arrivée au Québec rien ne se passe comme je l’avais imaginé. Évidemment, j’exagère, car une partie s’est déroulée telle que je l’avais planifiée, mais une plus grande partie se passe différemment. Je dois dire que même si certains aspects sont difficiles, et que je vis énormément d’anxiété, d’autres aspects sont au-delà de mes espérances, de belles surprises. Je suis contente d’être ici. Mon nouveau lieu de vie est magnifique.

En décidant de m’occuper de mon anxiété, en consentant à lui donner la parole, je me suis offert ce que je voulais vraiment et n’aurais pas oser autrement. Du confort, du grand confort. Priorité absolue: être confortable. Ce qui fait que je me retrouve dans un appartement lumineux que j’adore, avec un incroyable canapé vert menthe, un lit extrêmement douillet, dans un environnement qui m’émerveille. Et, fait encore plus intéressant, depuis quelques jours monte en moi un sentiment de gratitude envers mon anxiété. Elle qui m’a amenée à bien me traiter, à être aux petits soins avec moi-même. Ouais, il semble que j’ai de la peine à comprendre la leçon.

Ça y est, mes affaires sont arrivées.

Moment d’émotion. Un sentiment que je suis ici pour de bon, pour de vrai. Wouah!!! Je découvre au fil des semaines que de revenir et se poser complètement prend plus de  temps que je le pensais… avec des étapes insoupçonnées.

Et un choc… un sentiment d’étrangeté de voir ces objets ici. Comme s’ils ne m’appartenaient plus et avaient l’air incongru dans ce nouveau lieu de vie. C’est le retour de l’entre deux. Je ne sais comment faire de place à l’ancien. Alors je m’active, je lave et range pour ne plus me sentir envahie par toutes ces choses. Pourtant je les ai choisies, triées avec le sentiment de ne garder que l’essentiel. Consentir à vivre toutes ces étapes, je me le suis promis. Ne pas repartir en mode action. Cela me demande de la patience et, je l’avoue, un certain courage. Le jugement n’est jamais loin, tapi dans l’ombre. Il me dit « Qu’est-ce que t’es compliquée! Pourquoi prendre autant de temps! Arrête d’avoir peur! » NON STOP! JE NE VEUX PAS L’ENTENDRE. Et je reprends mon bâton de pèlerine armée de bienveillance et de confiance.

Réapprendre à vivre ici, c’est comme une rencontre qui me demande un esprit ouvert et un certain lâcher-prise. Je commence à en voir les bénéfices. Il y a quelque chose de profondément réconfortant à suivre le flux de la vie, à lâcher le combat.

Oh! ignorance bénie

Cesser de chercher à tout comprendre

Accepter de laisser le vent me souffler à l’oreille

Et entendre le murmure de l’inspiration.

Quitter mes pantoufles pour marcher à pieds nus

Et sentir l’herbe entre mes orteils.

 

Ne plus avoir de repères et tout recommencer

Quitter l’immobilisme pour suivre son intuition

Laisser le son du vent me bercer l’âme

Consentir au chaos pour devenir une étoile qui danse

Oh! ignorance bénie

 

1 Foutez-vous la paix! : et commencez à vivre », Frabrice Midal, Editions Flammarion/Versilio, 2017

 

© Toute reproduction sans la permission de l’auteure est interdite.

Pour cette zone de commentaires, nous vous demandons votre adresse courriel à des fins de sécurité. 

En aucun cas votre adresse ne sera ni enregistrée ni diffusée et aucun courriel ne vous sera envoyé.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Créer sa vie

Créer sa vie Par Myreille Bédard La traversée du temps, Acrylique, Zoé B, 2010 Créer une chose, un lieu, un malaise, du bonheur, un nouveau truc, un désastre, une œuvre, un choc, des ennuis, de l’envie, une ouverture, un précédent, un malentendu, un...

La création, écouter enfin le murmure du cœur

La création, écouter enfin le murmure du cœur Par Joanie Thériault Créer la vie, Photo numérique, Décembre 2017 La création, créer, la créativité. Un appel intérieur chez moi. Je cherchais comment y répondre depuis quelques temps. Quand Catherine m’a...

Mon inspiration créative

Mon inspiration créative Par Marie Gagné Depuis ma tendre enfance, je suis attirée par le monde imaginaire. De nature contemplative, mes pensées naviguent dans les profondeurs de ma psyché. L'imaginaire me nourrit. Les silences de toutes sortes m'habitent...

L’art de créer

L’art de créer Par Johanne Harvey Photo by Senjuti Kundu on Unsplash « Une rencontre exige du temps et un esprit ouvert, de la patience et du courage… » Tiré du livre : Marcher (ou l’art de mener une vie déréglée et poétique) de Tomas Espedal Quand je crée...

Sparkles

Sparkles Par Mélanie Dubé Sparkles, https://pixabay.com/fr/paillettes-lueur-lumi%C3%A8re-noire-1989955/ « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. » Antoine Lavoisier La création est un mouvement... de l’intérieur vers l’extérieur. Un échange,...
Share This

Share This

Share this post with your friends!