Sélectionner une page

Mes années de folie

Par Rhina Maltez

20 janvier 1994 :

« Je vois un trou noir

au fond de mon cœur

Je n’arrive pas à le croire

il y a une minute, il était rempli de bonheur

J’ai besoin d’amour

et non pas de souffrances

Un amour pour toujours

Et sans absences

Je me sens seule et abandonnée

Je me sens seule et désespérée

(…) » (Extrait)

Tant de mes poèmes et textes écrits mais non partagés; en les relisant je ressens encore l’angoisse et la tristesse dont certains étaient empreints. Les années sont passées, mais hélas certains souvenirs ne m’ont pas quittée. Un poème à la fois, ma mémoire se rappelle de chaque larme versée en vain. Jeune fille de 14 ans, pourquoi vivait-elle dans ce tourment?

Ainsi j’ai vécu, année après année, dans une tornade d’angoisse, de colère, d’impuissance, de peur et de découragement. Je me suis retrouvée dans des eaux troubles et j’y ai nagé à contre- courant. Puis, j’ai connu des eaux stagnantes, salies par l’instabilité, l’impulsivité, l’idéalisation et la dévalorisation; je finissais par me noyer dans le vide et dans le manque d’émotion.

Je grandissais, je vieillissais et mes contextes de vie changeaient; mais le même disque continuait à tourner. Je ne voulais plus qu’une chose, être « normale » et, par ce fait même, cesser d’avoir mal.

Mais Elle était là, bien présente. Je ne pouvais m’en débarrasser, ni l’ignorer. J’ai voulu lui laisser ma place et quitter cette vie plus tôt que « prévu », mais elle n’a pas voulu. J’aurais tant aimé savoir qui elle était; j’aurais aimé connaître son visage pour ainsi savoir contre qui je me battais :

Folie, tu as toujours été près de moi, à mon insu. Si seulement j’avais pu faire ta connaissance depuis le début. Notre relation nous aurait peut-être menées hors des sentiers battus; on y aurait fait mille et une folies; on aurait alors su ce qu’était la « vraie vie ». Pourquoi étais-je ainsi? Quel karma devais-je payer? Je me sentais exclue du droit au bonheur et à la liberté. Privée de repères et parfois submergée dans la solitude, je me questionnais. Les réponses tardaient à arriver et j’en étais exténuée…

Mais sans cette folie, où en serais-je aujourd’hui? Faisait-elle partie de mon « essence » de vie? Après tout, c’est elle qui m’a amenée jusqu’ICI : Ma folie, celle qui m’appartient mais laquelle je ne suis pas.

Elle est en moi, mais sans plus ni moins, car je parle plus fort qu’elle à présent. Parfois elle me joue des tours et s’invite sans avertissement, mais je la regarde, je l’écoute et je lui parle doucement. Ainsi elle se transforme devant mes yeux. Moins agitée, je m’approche d’elle pour lui tendre ma main et je lui rappelle… de ne plus avoir peur ni d’aujourd’hui, ni de demain.

Cette « autre folie »

Ma « nouvelle folie » voit au-delà et comprend mieux mes questionnements. Ma nouvelle folie est dans l’acceptation et non plus dans l’aliénation. Elle me permet d’oser, de défier, de rêver, de créer et d’aimer; non pas dans la peur, mais avec mon cœur. Cette folie n’est donc plus celle qui m’a fait si souvent rompre avec la vie, c’est une « autre folie ». Elle fait partie de ma nature profonde; je la vis donc dans l’acceptation de qui Je Suis :

Je fais les choses autrement, je ressens et j’aime différemment; je me sens encore étrange parfois. Maintenant, je vis une journée à la fois et je vis chaque chose en son temps. Je m’abandonne à mon âme, redonnant ainsi à mon destin : sa liberté, sa vérité et son éternité. Une « nouvelle folie » s’est installée, en moi, dans tout Mon Être, dans Ma Réalité; elle est mon alliée et elle m’indique mon chemin : celui de la confiance en ce qu’Est la Vie essentiellement. Je vis donc selon Mes croyances, Ma vision, Mes sentiments et je me fous des préjugés royalement!

Mais parfois ma folie est plus forte que moi. Cependant, je réussis à me relever à chaque fois; et, petits pas à petits pas, je réembarque dans mon bateau, prête à affronter d’autres tempêtes et à traverser maintes eaux. Parfois, il serait facile de me laisser tomber, mais l’amour que je reçois me parle, il touche mon âme et il me fait entendre un sifflement de légèreté. Cet amour est comme une vague de vie, il me comprend, il me pardonne, il m’aime pour qui Je Suis. Donc,

Je refuse d’être « prisonnière » de cette vie,

alors je sors du moule et tout devient, « magie »!

Je ne me contente pas et Je ne subis pas;

J’honore ma différence; J’honore cet autre moi.

Mais quelle folie traverse mon esprit en ce moment? J’écris ces mots, mais pourquoi? Je cesse d’écrire… Je vous reviens…

7 août 2017

4:16 du matin; je vous chuchote les prochains mots…

Tout le monde dort et je n’arrive plus à dormir depuis un moment. Je fais donc ce qui me vient à l’esprit tout simplement : je contemple la beauté de l’eau et du ciel à travers un petit hublot. Je vois clairement la Grande Ourse et une étoile filante la traversant; et puis une brise caresse ma joue, tout est si serein! Je respire tranquillement et j’entends des petites vagues frôler les bateaux; je me sens vivre, je me sens moi! J’en oublie ma folie pour un moment.

4:25 du matin

Je cesse de parler de folie car je préfère admirer ce petit paradis; mais avant, permettez-moi de vous remercier, par une prose de sérénité :

La fraîcheur de cette brise que je respire;

Le vent dans les feuilles que  j’entends;

Et puis les petits bruits sourds de l’eau; je soupire…

Pour me dire en souriant :

Tu n’en serais pas là, si ça n’avait pas été de tout ce tourment.

« Un peu de folie est nécessaire pour faire un pas de plus. »

-Paulo Coelho

 

© Toute reproduction sans la permission de l’auteure est interdite.

 

Pour cette zone de commentaires, nous vous demandons votre adresse courriel à des fins de sécurité. 

En aucun cas votre adresse ne sera ni enregistrée ni diffusée et aucun courriel ne vous sera envoyé.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Janette Bertrand et ma grand-mère

Janette Bertrand et ma grand-mère Par Mélanie Paquette-Martin Le déclin des facultés, vieillir, mourir. Voilà des réalités difficiles à accepter quand elles touchent nos proches. Ma grand-mère est mon plus vieux pilier. Nous croyions tous qu’elle était...

Mes années de folie

Mes années de folie Par Rhina Maltez 20 janvier 1994 : « Je vois un trou noir au fond de mon cœur Je n’arrive pas à le croire il y a une minute, il était rempli de bonheur J’ai besoin d’amour et non pas de souffrances Un amour pour toujours Et sans absences Je me sens...

T’es rien qu’une ostie de folle

T’es rien qu’une ostie de folle Par Julie Desrosiers La folie, c’est la menace qui plane sur n’importe quelle femme qui veut être aimée, regardée, considérée. C’est la phrase assassine qu’on ne veut pas entendre, celle par laquelle on va devenir une bonne petite fille...

Ma folie

Ma folie Par Johanne Harvey       Tu es mon amour Ma clameur mon bramement Tu es mon amour ma ceinture flêchée d'univers Ma danse carrée des quatre coins d'horizon Le rouet des échevaux de mon espoir Tu es ma réconciliation batailleuse Mon murmure de jours à mes cils...

Le spectre maladie-folie

Le spectre maladie-folie Par Joanie Thériault Sans titre, acrylique et papier mâché sur canevas 16X18, 2017, S.D. Je me dois de revenir sur les propos de Catherine dans ce texte, à l’effet que la folie et la maladie mentale sont vraiment les deux opposés d’un spectre....

Maudit qu’t’es folle!

Maudit qu't'es  folle! Par Myreille Bédard       « Celui qui se perd dans sa passion perd moins que celui qui perd sa passion. » Saint-Augustin Nature morte follement vivante, Photo numérique, 2017, Myreille Bédard Maudit qu’t’es folle!! Combien de fois ai-je entendu...

Viva la vida

Viva la vida Par Mélanie Dubé Viva la vida, Procédés mixtes sur canevas récupéré, 2017, Mélanie Dubé Dans mon bureau, entourée de quatre toiles non achevées, mon tablier maculé de couleurs, cinquième jour d’une lutte acharnée contre la Mort, je réponds à Catherine.  ...

Au pays de la Folie

Au pays de la folie Par Marie Gagné Patchwork de petits dessins et croquis, Crayons feutres, aquarelle, stylo bille, encre de couleur et autres médiums, Marie Gagné Brin de sagesse au-delà de la folie. Acrylique sur canevas, 12"x12"x2", Marie Gagné "On ne peut voir la...

La folie de vie : un trésor

La folie de vie : un trésor Par Catherine Briand Effervescence. Mélanie Dubé Idée, parole, actions déraisonnables, insensées : Des folies de jeunesse. Dire des folies. Dépense excessive, inconsidérée : Vous avez fait une folie en nous offrant ceci. Engouement,...
Share This

Share This

Share this post with your friends!