Sélectionner une page

Passent les années

Par Johanne Harvey

La répétition, Pastels secs, Février 2018, Johanne Harvey

«Et le même puits d’où fuse votre rire fut souvent rempli de vos larmes.»
Tiré du livre Le prophète, de Khalil Gibran

 Voici venu le temps des bilans et des résolutions… Cette dernière année ne fut pas facile à bien des égards. Mais lorsque je regarde les douze derniers mois, je vois que j’ai affronté avec succès plusieurs défis qui me terrorisaient. Retourner à hôpital me faire opérer et récupérer des suites opératoires. Reprendre le travail après des mois d’absence, avec le sentiment d’être partie sur une autre planète, quitter mon emploi, mon appartement et la Suisse, retourner vivre au Québec et me réinstaller.

Cela fait plusieurs années que, lorsqu’arrive la fin décembre et le jour de l’An, je ne me sens pas bien. J’ai pris l’habitude de traverser le passage seule, à l’abri chez moi. Quand j’étais jeune, je faisais la fête avec mes amis puis, pendant plusieurs années, j’ai expérimenté diverses manières de faire : repas avec des amis, soirée familiale, spectacle ou fête organisée publique, etc. Mais, à chaque fois, je me sentais en désaccord avec la joie ambiante, j’avais l’impression de me forcer, de ne pas me sentir à ma place et vulnérable.

Cela me rappelle ces dimanches de mon enfance où nous nous retrouvions en famille et où nous nous ennuyions tellement. Alors, pour ne pas sentir ce sentiment si accablant et incompréhensible, nous invitions quelqu’un, la première personne que nous trouvions. Je me souviens de notre insistance commune pour avoir la présence de quelqu’un d’autre avec nous, afin de ne plus nous sentir abandonnés. Ce tiers nous permettait de ne pas sentir la béance qui risquait de nous engloutir ; presqu’un sentiment de vie ou de mort.

Parfois, je me sens comme un gros tube digestif émotionnel. Chaque matin dans ma méditation, je travaille à me détendre, à accueillir mon état du jour ; pas toujours simple à faire. Mais au moins je ne bloque plus autant qu’avant. C’est un progrès!

Le temps de fêtes est terminé. Je n’aime pas le mois de janvier.

Autant les défis de la dernière année me terrorisaient, autant le vide de cette année à venir me semble encore plus terrifiant et me paralyse. J’ai le sentiment de me battre contre quelque chose qui n’a pas de mots, quelque chose qui me paralyse et m’empêche d’avancer, de voir. Le matin, je me réveille avec un sentiment d’impuissance et je passe ma journée à me redresser. Je n’ai pas envie d’être ici et ne sais plus ce que je veux. J’ai beau tenter, sans succès jusque-là, de retrouver ce qui me faisait rêver, je n’arrive pas à me projeter.

J’ai l’impression de retrouver un vieux monstre.

À quoi est-ce que je résiste? Je me sens comme une bouteille de coke qui a perdu son gaz, je me sens  flat… Je tourne en rond et cherche le fil conducteur. Même l’écriture bloque. Les mots sortent laborieusement. Confusion, peur, ennui. Ma tête veut, veut, veut! Et mon coeur dans tout ça, que désire-t-il? Suivre le flow

Les années passent et ne se ressemblent pas. J’essaie du mieux que je peux d’être là, à l’écoute, de faire avec et de consentir à ce qui se présente, puis d’agir. Je me suis fait la promesse que, cette fois, mon immigration se ferait sans que je laisse une partie de moi là-bas. Bien sûr, je chemine plus lentement. Toutefois, je commence à croire que de cette manière on va plus loin.

 

© Toute reproduction sans la permission de l’auteure est interdite.

Pour cette zone de commentaires, nous vous demandons votre adresse courriel à des fins de sécurité. 

En aucun cas votre adresse ne sera ni enregistrée ni diffusée et aucun courriel ne vous sera envoyé.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Passent les années

Passent les années Par Johanne Harvey La répétition, Pastels secs, Février 2018, Johanne Harvey «Et le même puits d’où fuse votre rire fut souvent rempli de vos larmes.» Tiré du livre Le prophète, de Khalil Gibran  Voici venu le temps des bilans et des...

Ô solitude!

Ô solitude! Par Johanne Harvey Adieux, photo numérique, 2017, Johanne Harvey Au bout de ma solitude, je me suis rencontrée… Cela ressemble à un cliché, mais n’en demeure pas moins vrai. Et surtout, cela a nécessité des années de labeur. J’ai longtemps été effrayée à...

L’appartement

L'appartement Par Rita Talatinian Je suis seule ce soir, cela fait maintenant des années. C'est parce qu'il n'y a jamais personne qui répond lorsque je frappe à la porte. Il n'y a personne qui me fait à manger dans la cuisine, il n'y a pas d'odeur de jasmin dans la...

Partir à l’autre bout du monde

Partir à l'autre bout du monde Par Joanie Thériault Sans titre, Collection les étincelles de l’amitié, Acrylique sur canevas, 2016, Rita Blier "Solitude : État de quelqu’un qui est seul, momentanément ou habituellement : Profiter d’un instant de solitude pour...

Aventure du lundi soir ou Vive mon ami Carlos ! Ou plutôt, Vive Montréal et ses cônes oranges?!

Aventure du lundi soir ou Vive mon ami Carlos ! Ou plutôt, Vive Montréal et ses cônes oranges?! Par Catherine Briand Récit d’une aventure, un lundi soir du mois de juillet, transmis à mon ami Carlos qui parfois se sent seul les lundis soirs… Il est lundi soir 21h30....

Soliloque

Soliloque Par Mélanie Dubé Lionel, vitrail sur canevas récupéré, Mélanie Dubé, juillet 2017  D’abord, pardon. Je vous demande pardon, chers lecteurs, parce que je vais encore m’épandre sur plein de pages. La solitude! C’est pas un thème, ce sont mille thèmes! Le...
Share This

Share This

Share this post with your friends!