Sélectionner une page

T’es rien qu’une ostie de folle

Par Julie Desrosiers

La folie, c’est la menace qui plane sur n’importe quelle femme qui veut être aimée, regardée, considérée. C’est la phrase assassine qu’on ne veut pas entendre, celle par laquelle on va devenir une bonne petite fille raisonnable, qui ne demande rien, jamais rien, qui chiale pas… tsé… tout’ ça.

Ma grand-mère était folle, la vraie folie là, celle qui fait honte, la schizophrénie peut-être, pas sûre, j’aimerais mieux dire bipolaire, mais c’était une vraie folle, qui prend des pilules… Ma grand-mère était bonne, douce, aimante avec de gros gros seins… Je me collais dessus pis elle me disait que j’étais sa préférée, en mouillant des yeux. Elle était la folle de la famille, qui fumait trop, oubliait de faire le ménage, même des fois de se laver… Le genre qui connaît juste une recette; ça adonnait bien, c’était les crêpes aux fraises… Ma grand-mère savait raconter des histoires, des longues, y’avait la « bête à grand-queue » dans ses histoires…. J’avais l’image d’un homme-dragon. Elle riait, elle était curieuse, érudite. Malgré ça, elle a fait quatre enfants sans jamais avoir compris ce qui s’était passé. On ne lui avait pas expliqué ces choses-là. Elle a sûrement eu de la misère à élever seule ses quatre enfants, parce que le résultat a été « so-so ». C’est d’ailleurs le grand mystère : comment une femme si merveilleuse a pu faire des monstres?…

Ben oui, on arrive à ma mère… elle, c’est une méchante folle! Woupalaï, tassez-vous de d’là! Le genre que ça m’a pris une psychanalyse, une TCC, une thérapie humaniste-gestalt (25 ans de thérapies boute à boute), juste pour arriver à comprendre c’était quoi qui s’était passé…. En fait, je me suis juste tannée d’en parler, j’ai jamais compris comment ça peut s’expliquer des affaires de même. Assez tannée, que je ne vais même pas en parler ici, elle ne mérite pas une ligne. Retenez seulement que ça se peut une mère qui veut la destruction de son enfant. Imaginez tout ce que ça vous tente, mettez-en une couche de plus, rajoutez-vous des détails… pis vous êtes pas rendus. Des folles de même y’en a et ça créé des dommages en cascades.

Ma folie, a vient de là. Je suis le genre de folle qui a peur de ne pas être aimée…. hey que c’est ordinaire!!! Ben oui, c’est ordinaire, ça fait qu’on cache ça. On fait comme si on n’en voulait pas d’amour. « Ben non!  J’ai pas de peine, pis j’ai besoin de rien ». Pis c’est ça qui est fou! Ma folie à moi, c’est pas le taureau, avec sa fougue, ses cornes et ses yeux rouges qui fonce sur vous pour avoir de l’amour…. c’est le toréador! Le toréador-agace qui dit « viens, viens », pis qui se tasse tout le temps, qui ne sera jamais atteint…. Le criss de trouble quand t’es un toréador, c’est que tu t’en rends pas compte, tu continues à faire woush-woush avec ta cape, quand ça fait 20 ans qu’y’a même pu de taureau…. Je fais ça tout’ seule de l’évitement, de la contre-dépendance, pis je ne sais rien faire d’autre. Je n’arrive pas à faire autrement. Je ne choisis que des relations de froideur et /ou impossibles. Faut-tu être folle!

J’ai travaillé fort pour faire changer les choses quand j’ai eu mes enfants. Avec eux autres, j’ai pas mis de break, pis ils sont beaux, amoureux, autonomes… je les aime tellement! Le plus beau, je suis grand-mère trois fois; ces bébés-là, c’est tout pour moi. Et rien ne m’empêchera de les aimer de façon tout à fait déraisonnable. Quand je parle d’eux, je viens les yeux mouillés…. comme ma grand-mère, ma mémaine. Si le train a changé de track, c’est à cause d’elle… Parce qu’elle m’a aimée comme une folle!

Là, je me cherche une recette de crêpes aux fraises….

 

© Toute reproduction sans la permission de l’auteure est interdite.

Pour cette zone de commentaires, nous vous demandons votre adresse courriel à des fins de sécurité. 

En aucun cas votre adresse ne sera ni enregistrée ni diffusée et aucun courriel ne vous sera envoyé.

2 Commentaires

  1. Johanne Harvey

    Salut Julie! quel plaisir de te lire! J’ai dévoré ton texte aussi savoureux qu’une crêpe aux fraises… incluant les souffrances décrites.Je suis ravie que tu te joignes à nous.

    Réponse
  2. Catherine

    I will always love you, chère Julie! Je ne peux plus jamais évoquer, écouter, penser à cette musique sans fou rire… Même chose pour Me gustas tu… Tu as marqué ma vie musicale!!!!

    À ta folie aussi qui m’a tellement permis souvent de sortir d’une pensée trompeuse, erronée qui n’aide pas vers une pensée positive de vie. Je pense à mon bloc Lego pour compléter mon casse-tête… Je pense aux astres qui s’enlignent dans ma vie à des moments pourtant où j’avais plutôt l’impression de perdre pied… Je t’aime à la folie!

    Y’a juste avec toi que je veux enseigner toute ma vie et avec folie notre passion pour la compréhension de l’être humain… et t’observer raconter n’importe quoi pour transmettre la véritable importance de la vie: aimer l’autre sans jugement et avec toute la créativité et folie possible pour passer au travers la détresse, la solitude et la maladie.

    Tu es une personne magnifique qui donne beaucoup. MERCI.

    Et, je te donne le défi de redonner un cours avec des traductrices en langage signé (oui, on a fait ça aussi!) et de voir leur sourire et défi de devoir expliquer en langage signé tes niaiseries!!

    Bisous d’amour xxx

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ma folie

Ma folie Par Johanne Harvey       Tu es mon amour Ma clameur mon bramement Tu es mon amour ma ceinture flêchée d'univers Ma danse carrée des quatre coins d'horizon Le rouet des échevaux de mon espoir Tu es ma réconciliation batailleuse Mon murmure de...
Read More

Le spectre maladie-folie

Le spectre maladie-folie Par Joanie Thériault Sans titre, acrylique et papier mâché sur canevas 16X18, 2017, S.D. Je me dois de revenir sur les propos de Catherine dans ce texte, à l’effet que la folie et la maladie mentale sont vraiment les deux opposés d’un spectre....
Read More

Maudit qu’t’es folle!

Maudit qu't'es  folle! Par Myreille Bédard       « Celui qui se perd dans sa passion perd moins que celui qui perd sa passion. » Saint-Augustin Nature morte follement vivante, Photo numérique, 2017, Myreille Bédard Maudit qu’t’es folle!! Combien de fois...
Read More

Viva la vida

Viva la vida Par Mélanie Dubé Viva la vida, Procédés mixtes sur canevas récupéré, 2017, Mélanie Dubé Dans mon bureau, entourée de quatre toiles non achevées, mon tablier maculé de couleurs, cinquième jour d’une lutte acharnée contre la Mort, je réponds à Catherine....
Read More

Au pays de la Folie

Au pays de la folie Par Marie Gagné Patchwork de petits dessins et croquis, Crayons feutres, aquarelle, stylo bille, encre de couleur et autres médiums, Marie Gagné Brin de sagesse au-delà de la folie. Acrylique sur canevas, 12"x12"x2", Marie Gagné "On ne peut voir la...
Read More

La folie de vie : un trésor

La folie de vie : un trésor Par Catherine Briand Effervescence. Mélanie Dubé Idée, parole, actions déraisonnables, insensées : Des folies de jeunesse. Dire des folies. Dépense excessive, inconsidérée : Vous avez fait une folie en nous offrant ceci. Engouement,...
Read More

Copyrighted Image

Share This

Share This

Share this post with your friends!