Sélectionner une page

 

Un, deux, trois

Par Johanne Harvey

Souvent j’oublie que les performances et les victoires ne sont pas seules à donner un sens à la vie, que c’est au contraire dans les moments plus délicats, où la détente et les sentiments trouvent leur place, que les battants puisent de nouvelles forces pour leur exploit.

J’avance avec légèreté….

La trilogie du possible

Un

Deux

Trois comme dans une comptine d’enfant… Est-ce que un plus un fait trois?

Un.  Au début  était une rêveuse, sensible, intuitive, curieuse et pleine de vie, sans retenue, qui rêvait de légèreté.

Deux. Il était une fois une fille sérieuse, pratique, responsable qui savait assurer stabilité, sécurité et élever ses enfants.

Ces deux parties sont en moi et ont besoin l’une de l’autre, infiniment, profondément.

Un, deux, trois., Acrylique sur canevas, Mars 2017, Johanne Harvey

Qu’est-ce que je ferais si je n’avais pas peur​?

Je m’énerverais et je trouverais ça ben correct!!!

J’ai longtemps été un lapin sauvage avec la conviction que, dès que je sortais la tête du trou, que je dépassais… Bang! Je recevais une claque et, du coup, je retournais dans mon trou. Lorsque je regarde ma vie passée, je me vois coincée dans la peur et la retenue. Quand j’étais petite, je détestais qu’on me surnomme « l’énervée ». Pour moi, cela signifiait que j’étais celle qui déborde, celle que l’on trouve insupportable. Alors, j’ai appris à me contrôler…. J’ai tellement bien réussi que j’en suis presque morte.

Depuis trop longtemps, j’ai laissé la fille sérieuse dominer. Je pensais que c’était mieux ainsi. Les rares fois où j’ai laissé la place à la rêveuse, ça n’a pas fonctionné. Même si je sais que le rêve est important, une source de créativité qui permet de se réinventer. J’ai envie de suivre mes rêves; d’avoir  les pieds sur terre et la tête dans le ciel. Depuis quelques mois, lorsque je regarde vers le futur, je vois émerger des possibles… Mais cela nécessite tout un travail sur moi.

Il y a « faire » et « faire »… Il y a « agitation » et « action ». Pour citer Francoise Kourilsky1, dans son livre Se réjouir – S’apaiser – Réussir, elle explique que « se réjouir sans s’apaiser peut s’apparenter à de l’agitation; s’apaiser sans se réjouir peut engendrer la tristesse; réussir sans se réjouir ni s’apaiser peut conduire à l’épuisement. »

Ces phrases m’ont été bien utiles ces dernières années.

J’apprends à ralentir pour augmenter, pour célébrer et renforcer les petits changements.

Petit à petit, je me sens plus paisible, même si mes journées sont ponctuées de moments où je me sens terrifiée. Comment attendre le bon moment, comment suivre l’inspiration, agir avec tout mon être et ne pas précipiter les actes par insécurité? C’est difficile. J’y arrive gentiment, patiemment, avec bienveillance. Lorsque je m’imagine en transformation, étant mon propre agent de changement, je me sens mieux.

Trois. J’ai trouvé! Ce qui fait un plus un c’est le corps, mon corps. C’est lui qui me guide désormais. C’est lui qui me rassemble…. entre ma tête et mes émotions, il n’y a pas à choisir, c’est mon corps qui fait le travail. Chaque matin, en me réveillant, je suis contente d’être vivante et d’être encore là. Mon corps continue à récupérer de tous ses traumatismes passés. Je le sens. Je retrouve des sensations et je suis émerveillée que mon corps fonctionne si bien.

Est-ce possible de vivre avec légèreté et fluidité?

Je décide de m’offrir ce cadeau : retourner vivre au Québec.

1 Se réjouir – S’apaiser – Réussir, Françoise Kourilsky, éditions InterÉditions

 

© Toute reproduction sans la permission de l’auteure est interdite.

Pour cette zone de commentaires, nous vous demandons votre adresse courriel à des fins de sécurité. 

En aucun cas votre adresse ne sera ni enregistrée ni diffusée et aucun courriel ne vous sera envoyé.

6 Commentaires

  1. France Harvey

    Quelle belle toile. J’adore !!

    Réponse
    • Johanne Harvey

      Merci chère soeur!

      Réponse
  2. Catherine

    Texte magnifique. Merci tellement Johanne. Et en même temps que je te découvre des talents pour écrire, je te découvre peintre…wow! Tu n’es pas juste rêveuse, mais artiste….

    Réponse
    • Johanne Harvey

      Merci pour ton commentaire. Moi aussi je decouvre qu’en m’exposant je decouvre de nouveaux aspects de moi…

      Réponse
  3. Daria

    Superbe ma Jojo. C’est touchant, émouvant et ça me donne la chaire de poule. Je suis fière de toi et j’espère que tout ce qui vient ne sera que bonheur, aventure et rêverie… Je t’embrasse!

    Réponse
    • Johanne Harvey

      Merci ma belle!

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un, deux, trois

  Un, deux, trois Par Johanne Harvey Souvent j'oublie que les performances et les victoires ne sont pas seules à donner un sens à la vie, que c'est au contraire dans les moments plus délicats, où la détente et les sentiments trouvent leur place, que les battants...
Read More

Le labyrinthe de ma psyché

Le labyrinthe de ma psyché Par Marie Gagné Prélude Poupée de chiffon Poupée de chiffon toute rapiécée Observe le sablier du temps se vider lentement Peurs et angoisses cristallisent sa vie Vacillant entre les regrets de son passé et la crainte de son devenir D’un...
Read More

On ne fait pas d’erreurs

On ne fait pas d’erreurs Par Joanie Thériault     « Le chemin qu’on a fait, c’est parce qu’on a eu à le faire. C’est parce qu’on fait ce qu’on fait, qu’on est ce qu’on est. C’est pas des erreurs, y’a pas d’erreurs, y’a juste des chemins. » André Sauvé Quand...
Read More

Je suis un roseau

Je suis un roseau Par Myreille Bédard L'arbre mort, Acrylique et pastel sec sur carton, 39x51cm, 2000, Sylviane Chaurand Je suis un roseau Je suis un roseau, je plie, mais ne romps pas….  Du plus loin de ma souvenance, j’ai  souvent dû faire des compromis...
Read More

La nature occupationnelle de l’être humain

La nature occupationnelle de l'être humain Par Catherine Briand Chère Mélanie, J’aimerais t’amener dans la découverte de la nature profondément occupationnelle de l’être humain; le « faire » comme manifestation de « l’être ». Le « faire » qui nous définit, nous permet...
Read More

Trilogie des possibilités

Je suis un lapin sauvage

Mère nature a pourvu toute espèce animale d’un instinct de survie qui le pousse, face à un danger, à attaquer ou à fuir. Tous? Non! Il y a le lapin sauvage qui préfère, lui, s’écraser au sol et se camoufler pour passer le plus inaperçu possible.

Read More

Copyrighted Image

Share This

Share This

Share this post with your friends!